Un chaud soleil d'été lui brûlait littéralement la peau. Une maladie le rongeait sans doute de l'intérieur, mais qu'importe: sa passion était plus forte que le reste. Telle la virgule jaune niçoise, notre homme s'élançait sur le sable fin, s'étendant à perte de vue. Sa planche en bois sous le bras, il courait, courait jusqu'à en perdre haleine. La soif ne l'assaillait pas, la chaleur ne l'atteignait plus, le vent lui-même semblait inerte dans cet espace infini. Mais aussi loin et aussi longtemps courait-il qu'il ne trouvait son oasis de bonheur: l'océan. Où était-il donc ? Il lui semblait en effet que la mer était son seul élément, depuis toujours. Pourquoi avait-elle disparu ? Il s'arrêta. Las, debout, regardant cet astre écrasant qui le surplombait, il ne bougeait plus. Il paraissait absent, sans vie. Un long râle de désespoir vint soudainement secouer ce corps figé, puis il se remit à courir comme un forcené, sans but, sans logique, sans destination vers laquelle se tourner.
Après plusieurs minutes d'une longue et éprouvante course, il mit un genou au sol puis s'affala dans un nuage de poussière au milieu de l'immensité désertique. Le vent soufflait, doucement, lui piquant les mains et le visage. Le sable semblait pénétrer son corps par tous les pores de sa peau, comme se mouvant de lui-même. Une mer de sable ? Notre homme se releva d'un seul coup, le visage terne mais l'œil aiguisé. Il scruta alentour: oui, cette partie du désert bougeait toute seule ! Récupérant sa planche tordue tombée sur le sol comme un possédé, il reprit sa course effrénée pour se mettre à glisser sur ces vagues de sable qui ondulaient à perte de vue. Il voguait maintenant, le sable crissant sous son passage, le vent le portant comme un albatros, le soleil l'accompagnant par ses rayons vers l'infini (et au-delà).
Au bout d'un certain temps, l'homme eut l'impression d'apercevoir une silhouette venant du versant sud, par-delà les collines noires. Quelqu'un d'autre, dans ce désert, surfait sur le sable brûlant de la même manière que lui. Sans réellement le vouloir, les deux personnes se rapprochèrent inexorablement, sautant une dune ou deux, zigzaguant au détour d'un cactée ou tournant au gré des rafales vers une destination inconnue. Il finit par la distinguer: elle était svelte, les cheveux au vent, éblouissante de beauté. Sa façon de surfer lui semblait si gracieuse qu'il s'empressa de tenter de la suivre par n'importe quel moyen. Tous deux s'accordaient parfaitement dans cette immensité désertique, filant libre comme l'air sur leur planche respective, en symbiose, sans un mot, sans un geste, dans une sorte de plénitude fusionnelle.
Et puis, l'océan fut en vue. Il scintillait de mille feux, le soleil de midi se reflétant en de multiples petites particules lumineuses s'évadant dans tout l'espace. Le couple s'en rapprochait chaque seconde un peu plus, comme attiré par cette lumière aveuglante. L'excitation les gagnait, trop heureux de découvrir enfin cette eau sacrée si longtemps après avoir traversé ce sordide désert.
Les planches frottèrent les premières vagues, les premiers flots; quelques gouttes perlèrent sur leurs corps, produisant comme une brûlure plus forte encore que ne l'avaient été jusque là les rayons ardents du soleil. Lorsque les vagues commencèrent à augmenter, s'élevant soudainement, l'eau emporta une jambe, puis un bras. Les membres se détachèrent un à un, engloutis par cette masse en continuel mouvement. Les deux êtres tombèrent à l'eau, désarticulés, démembrés, sans qu'ils ne puissent rien y faire. Ils eurent bien quelques sursauts convulsifs, mais pas de hurlement, pas de cri. Ils se désagrégèrent, petit à petit, parcelle après parcelle, brûlant à petit feu dans cette eau salvatrice. Seules leurs planches flottaient encore au milieu de cette immense étendue impitoyable. Puis ils disparurent complètement, redevenant poussière. Et lorsque les vagues auront terminé leur office, ils feront eux-mêmes partie du sable de ce désert... En attendant les prochains visiteurs.