Charles claqua la porte de son véhicule. En s'y asseyant, il sembla prendre encore davantage l'ampleur de l'immensité de l'univers autour de lui - comme si le microcosme silencieux de la situation l'extrayait subitement de la réalité. Il resta un moment assis sans allumer le moteur. Il ne réfléchissait pas. Il paraissait profiter d'un instant face à lui-même, comme pour appréhender ce qui allait venir comme une fatalité obligatoire. Enfin, il démarra.