vendredi 24 février 2017

Charles III

Charles claqua la porte de son véhicule. En s'y asseyant, il sembla prendre encore davantage l'ampleur de l'immensité de l'univers autour de lui - comme si le microcosme silencieux de la situation l'extrayait subitement de la réalité. Il resta un moment assis sans allumer le moteur. Il ne réfléchissait pas. Il paraissait profiter d'un instant face à lui-même, comme pour appréhender ce qui allait venir comme une fatalité obligatoire. Enfin, il démarra.

Posté par Lynks à 19:45 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


Charles II

Charles apparut au détour d'un couloir. Il avait le visage marqué, sans doute fatigué, mais il paraissait serein. Il salua quelques connaissances, vaquant à leurs primaires occupations, puis traversa un hall mal éclairé. Il appréciait cette atmosphère, ce soir qui s'annonçait d'une manière paisible, cyclique. Il pouvait effleurer du bout des doigts les légères tensions perceptibles ça et là. Il semblait les sentir, s'en nourrir et les intégrer, comme autant de substances et de connaissances dont il se servait pour évoluer et mûrir. Quand on prend le temps de se poser et de contempler les choses, même les plus banales, on les redécouvre. On les voit sous un jour nouveau. Mais Charles avait déjà fait ce genre d'exercice, et la serre fictive dans laquelle il se trouvait diffusait ses moments vécus par le passé dans son esprit hagard. Après un temps relativement court qui sembla s'étirer un long moment, il finit par quitter les lieux.

Posté par Lynks à 19:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Charles Ier

Il s'appelait Charles, mais peu importait son nom. Il était un tout, le début et la fin de chaque chose. Il était également le néant, primitif parmi les êtres peuplant par milliards cette planète bercée au milieu du cosmos. Charles était normal. Intégré, sans histoire - ou avec des histoires aussi semblables qu'en auraient ses contemporains -, sans but malgré sa vie et ses activités. Quand Charles regardait par l'immense fenêtre du bâtiment où il se trouvait, il n'y voyait rien sinon le tableau morne d'un présent inintéressant. Charles était avenant, prévenant, à l'écoute ; il lui semblait que personne n'avait rien à lui reprocher. Il fut parfois dissipé par le passé, mais il s'était assagi depuis. Le temps, son office, tout ça. Qu'attendait-il devant cette baie vitrée ? Des gens, qu'il connaissait plus ou moins, passaient parfois alors que le soleil, masqué toute la journée, disparaissait lentement dans la pénombre. Une phrase ou deux étaient parfois lâchées, cyniques, dans l'obscurité grandissante. Pourquoi était-il là ? Pourquoi maintenant ? Pour quoi faire ? Il aurait été idiot de vouloir répondre à ces questions, quand bien même elles se posaient. Charles pensait que rien n'était immuable. Il suffisait de faire, d'agir pour déclencher des événements. Mais en avait-il l'envie ? Ou seulement la force ? Il se croiserait lui-même qu'il serait probablement consterné par sa propre vision. Charles était perdu dans les flots de son propre esprit vagabond. Son expérience pourrait peut-être se voir transmise aux autres afin qu'ils puissent prendre du recul sur leur situation. Lui, il avait tant pris de recul que le fossé imaginaire se trouvait sur ses talons. Mais contempler avec autant de clarté toute cette médiocrité était-il salvateur ? Charles n'était pas du genre à s'appitoyer sur lui-même. Simplement, et comme cela lui semblait sain, il se posait des questions. Et se remettait lui-même en question. Constamment. Etait-ce réellement sain ? Ou n'était-ce qu'un premier pas vers la folie ? Cette différence de compréhension et de positionnement lui semblait fine, comme tant d'autres choses. Charles se connaissait et connaissait son environnement. Il pouvait faire des choix et modifier des variables s'il le souhaitait. Mais que désirait-il ? Le savait-il seulement ? Le temps continuait de s'écouler et les gens à partir. Et lui-même finit-il par partir.

Posté par Lynks à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

samedi 29 mars 2014

Parenthèse chirurgicale

Tout le monde connaît la maxime célèbre «le coeur a ses raisons que la raison ignore». Dite par-dessus la jambe, cette phrase n'a plus vraiment d'impact. Pourtant, quand on y réfléchit, elle est le fondement même de ce qu'a perdu notre société. Aujourd'hui, la raison contrôle tout. Le coeur, c'est l'animal, le naturel, ce qui doit donc être caché. Quand quelqu'un cède à ses pulsions, ça devient un désaxé. De fait, la société a créé des fuites en avant, des formes de voiles derrière lesquels se cachent certains pour se sentir mieux : la consommation, les drogues, l'alcool, le tabac, autant de poudre aux yeux qui permet à chacun de se montrer sous son meilleur jour tout en étant raccord à la société, cette société même qui l'a autant éloigné de ce qu'il était de manière originelle. Je m'égare, et je ne suis moi-même pas totalement d'accord avec ce que j'écris... Après tout, il y a forcément une évolution. Il y a aussi eu des addictions de tous temps, et à toutes sortes de produits. Mais même en surconsommant, même en se droguant, même en se mentant, jamais on ne parviendra à contredire fondamentalement ce qui se trouve au fond de son propre coeur. On pourra grandir avec, on pourra faire comme s'il n'existait pas et ne nous disait rien, mais cela ne sera que mensonge envers soi-même. Cette consommation à outrance ne serait-elle alors qu'un palliatif afin de mieux subir le quotidien qui nous entoure, celui que nous refoulons chaque jour ? Quand j'y réflechis, un peu chaque jour, je ne trouve pas de solution à ce genre de pensées. Je me demande toujours s'il faut ou s'il ne faut pas faire. Je me suis souvent jeté désespérément à l'eau afin que quelqu'un m'y récupère, mais même ainsi je n'ai pas eu l'impression de vivre dans le même monde. Il y a tellement de préjugés, de partis pris, de retenues, de peurs et d'invraisemblances partout autour de nous. Où est la vérité ? Peut-on réellement avancer en ne se faisant confiance qu'à soi-même ? Au bout du compte, quand on ne croit plus qu'en soi, et ce malgré la profonde empathie que l'on porte envers les autres, c'est que quelque part quelque chose s'est brisé. Quand on se retrouve face à soi-même, à tenter de se raisonner sans obtenir de résultat, c'est que l'échec est déjà bien entamé. Quand on est la source d'un mal dont on est la seule cible, c'est que finalement la boucle est peut-être bouclée et qu'il n'y a rien d'autre à en faire. Est-ce donc la seule fin possible ?

Posté par Lynks à 00:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

lundi 17 février 2014

Parenthèse DE MERDE

Ouais parce que les titres j'en ai plein le cul. Comme j'en ai aussi plein le cul de me relire. Oui, c'est vulgaire. C'est drôle, parce que récemment je me suis souvenu à quel point j'étais fan de la vie de quelqu'un d'autre. Non pas que je le jalouse, que j'aurais voulu avoir ce qu'il a ou quoi que ce soit... Mais, vu de l'extérieur, j'aurais voulu être ce qu'il a été jusqu'à présent. Au niveau psychologique, s'entend. Car j'ai toujours eu cette impression de force, de prestance, d'assurance, alors que moi-même ne suis qu'en permanence dans le doute, dans le déni de ce que je suis au plus profond. En le regardant, simplement en photo, ça me renvoie à moi-même, mes choix, mes interrogations, mes questions existentielles. L'impression que tout ce que tu fais c'est de la merde et que tu n'as rien accompli, tu connais ? Merde, à se demander pourquoi je suis finalement comme je suis... Se servir de ces faiblesses comme d'une force c'est très bien, mais rencontrer ses faiblesses et se les prendre en pleine face, c'est une situation délicate à gérer. En réalité, impossible pour moi, comme si j'avais projeté loin cette idée de les affronter pour de bon. Malgré tout, je n'ai pas peur de grand chose au final, et c'est aussi ça qui est très inquiétant. A quoi bon subir ce genre de tracas et d'inquiétude si, au final, j'en ai rien à foutre ? Dès le départ, j'avais déjà l'impression d'avoir tout raté, ça n'est pas maintenant que ça va changer. A ma mort, j'aurais toujours cette impression de malaise constant que j'essaye de voiler, au milieu de cette vie de merde qui ne me correspond pas du tout au final mais dans laquelle j'ai poussé, et que je ne peux donc renier. Une tristresse qui ne peut que confirmer ce que je pense au quotidien : c'est pourri, je n'aime pas ça mais il n'y a pas grand chose à y faire. Merci pour tout putain.

Ce mal être est assez merveilleux : sans réelle source de problématique, enfin à part d'ordre mental, car finalement qui suis-je pour me plaindre ? Ouais, il y a bien pire de par le monde, c'est cool. Mais le souci est plus profond, indescriptible. J'arrive pas à comprendre moi-même et je rencontre finalement personne qui veuille vraiment creuser le sujet. C'est fondamentalement triste, et humainement désert. Je n'en veux à personne, je me cherche simplement constamment. On a le droit de mettre deux adverbes à la suite ? Ca s'appelle des adverbes ces merdes ? J'ai toujours détesté ce genre de truc, mais comme je dis tout ce qui me passe par la tête ce soir ça n'a aucune importance. A quoi bon vouloir montrer à tout prix de la noblesse ? Le monde dans lequel nous vivons, nous, est tellement basé sur le paraître, c'est d'une tristesse monumentale. J'aurais jamais cru que j'écouterai au hasard de la musique qui collerait parfaitement à mon état d'esprit actuel. C'est magnifique. C'est, du coup, contradictoire. Acquérir, ça craint. Plus je vis, plus je déteste ce qui m'entoure. Et plus je déteste les gens, sans réelle logique. Il me font pas peur, j'ai juste pas envie de m'approcher d'eux. Je demande même pas de réponse ici, d'ailleurs j'attends aucun réconfort ni aucune compassion, je trouverais ça tout aussi merdique. La vie, c'est juste ça ? Quelle déception ahaha. C'est quand même marrant de se détester à tel point qu'on est jamais réellement soi-même. On peut pas être soi-même. D'ailleurs, finalement, peut-on vraiment savoir QUAND on est vraiment soi-même ? Serait-ce juste un moment où on "se fait passer pour" ? Je me rencontrerai, je me détesterai. Ca tombe bien, je suis pas loin de cette réalité-là dans le présent.


mardi 11 février 2014

Parenthèse onirique

C'était dans un château. Le héros était choyé, aimé, désiré, jalousé. Il n'avait qu'à hocher la tête ou battre des paupières pour se faire entendre, comprendre, servir. Mais au-delà de la situation, c'était bien l'absence de mots au milieu de cette cacophonie générale qu'il fallait bien souligner. Car, certes, le brouhaha ambiant, probablement dénué de tout intérêt, était présent, assourdissant, étouffant. Et c'était bien cela qu'on remarquait avant tout, qu'on en soit interloqué, amusé ou dégoûté. A tort. N'est-ce point en réalité ce silence, cette attentisme qu'on aurait dû remarquer ? Pourquoi à chaque fois ne parler que de celui qui crie au loup sans se soucier de celui qui a vu la scène ? Si on passait un peu plus de temps à regarder qu'à débattre, peut-être aurait-on une vision d'une plus grande bienveillance, et peut-être aussi plus d'humilité.

Alors, oui, il faut tout de même connaître ses forces : sans elles, il n'est pas sûr que nous irions loin. Et chacun a ses propres convictions, ses propres idées, ses propres façons de prendre le présent comme il vient et le futur pour s'y avancer. A quel moment refuserait-on du soutien, de l'aide, du réconfort, si l'on se sent soudainement triste, délaissé, anéanti ? L'attention pourrait-elle faire plus de mal que le déni ? Pourquoi vivre si ce n'est pour découvrir de nouvelles expériences, de nouvelles émotions, de nouvelles perspectives ? L'éventuelle douleur provoquée par un sentiment qui nous dépasse est-elle si insupportable qu'il ne faille absolument pas prendre le risque de s'y confronter ?

Posté par Lynks à 23:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 23 août 2013

Parenthèse contemplative

Ce blog est devenu mon réseau personnel à complaintes, c'est parfaitement ridicule... Enfin c'est étonnament dans des moments comme ceux-là que j'ai davantage envie d'écrire que de dormir, et c'est rare depuis que ma vie est surchargée - ce qui n'est pas un mal. Donc, voilà.

Qu'est-ce à dire que ceci ? Même quand on pense que tout a l'air d'aller bien - ou, disons, mieux, voilà, ça te retombe sur le coin de la gueule. Impossible d'enfouir, d'enterrer, de cramer ou de jeter ce genre de pensée, de sentiment. Ca revient à chaque fois comme un boomerang dans ta gueule. Ah ! Comme la vie est traîtresse, et comme le coeur a ses raisons que cette putain de raison n'arrive pas à faire ignorer... Il suffit d'un geste, d'une mèche de cheveux, d'un vêtement, et paf, ça fait des Chocapics. Sérieusement, c'est quoi cette merde ? Ma vulnérabilité est-elle si affichée intérieurement que même moi j'arrive pas à me feinter ? J'ai vraiment pas besoin de ça, alors pourquoi ça revient, continuellement ? Elle est où la porte de sortie ? Elle est où la poulette ? Elle est bien cachée ?

Non, mais non. A chaque fois, je me dis que c'est impossible. Se mettre des tartes ça sert à rien, j'ai essayé. L'eau froide non plus. Ah, mécréants ! Au moins, si ça pouvait évoluer, même dans le mauvais sens... Mais non ! Le sort s'acharne ! Que suis-je sensé faire, comprendre ? Comment suis-je sensé agir ? Ne rien faire, c'est ni une solution, ni une échappatoire viable. Putains de questions existentielles... Alors okay on fait rien, comme ça c'est pas cool pendant 3 jours et après ça va mieux jusqu'à la prochaine fois... Ne vaudrait-il mieux pas qu'il n'y ait jamais de prochaine fois ? Ah, la libération... Y penser ne suffit pas. Et ça ne change rien. Et le quotidien est mort. Et la vie est sans surprise. Même ça, au fond, c'est nul. C'est affligeant. Aucun auteur n'en voudrait comme sujet de pièce. Bref.

mercredi 29 mai 2013

Parenthèse réaliste

Nous sommes tous conditionnés pour agir selon nos pulsions. Qu'on le veuille ou non, et malgré la retenue certaine que possède chacun d'entre nous (pudeur, gêne, vie en communauté, habitude, obligation de penser au futur en toute circonstance), on se demande tout de même parfois ce qui se passerait si on agissait autrement. Le problème majeur réside dans le fait d'arriver à tenir cette philosophie soudaine en même temps que la avec qui vous êtes. Je suppose que cet état de fait explique sans doute nombre de séparations. A quoi bon continuer à être avec quelqu'un si vous ne vous comprenez plus, n'aspirez plus aux mêmes choses ? En réalité, on peut aussi penser que le bon adage selon lequel l'herbe paraît plus verte ailleurs nous détourne de la réalité. Oui mais comment savoir ? Il faut bien avancer et tomber pour acquérir de l'expérience, et ceux qui sont tombés seront les premiers à vous dire que cela fait mal. Mais faut-il simplement ne rien tenter parce que la chose paraît compliquée, ardue, difficile ? A force d'entendre ce genre de discours, le fatalisme prend le pas sur les véritables valeurs qui devraient être nôtres. A cause de cela, nous perdons en confiance, en crédibilité. Et ensuite, quand nous tentons vainement de sortir des sentiers battus - sans pour autant créer une révolution, plus personne ne vous suit. Le quotidien est-il si horrible à vivre que s'en contenter serait déjà une victoire ? Je pense que ce qui me déçoit le plus, c'est de rarement voir les autres aller plus loin que le bout de leur nez. Mais je m'entends déjà me dire «bah et toi alors blaireau, qu'est-ce que tu fais pour changer les choses ?». C'est aussi ce que je me demande. Chaque jour. Je me dis que, merde, c'est quoi au fond la finalité de tout ce bordel ? Je commence à devenir vulgaire, probablement un signe de mon manque d'assurance dans ce domaine. Toujours est-il que je suis rarement surpris, stupéfait ou étonné par le quotidien dans lequel tant de gens semblent prendre plaisir à être englué. Parfois, j'entends même certains specimens particulièrement intéressants me dire qu'ils souhaiteraient être plus normaux et ainsi mieux s'intégrer avec les autres... Est-ce ainsi ? Le fait d'être différent est-il un tel handicap qu'on ne peut s'empêcher de s'approcher de la normalité ? Si les pensées convergent vers cela, c'est bien qu'il y a un malaise, c'est un fait. Après, je ne demande pas de justification. Nous sommes tous guidés par ce que nous ressentons. On ne peut pas aller à l'encontre de cela. Mais c'est dommage de rejeter d'autres choix, d'autres possibilités, d'autres expériences. Car contrairement à ce qu'on pourrait croire, ça n'est pas forcément si simple et si intéressant que ça, au final, de se retrouver au milieu de rien.

mardi 16 avril 2013

Parenthèse introspective

A l'échelle de l'univers, et rétrospectivement au temps qui s'est déjà écoulé depuis des millions d'années, nous ne sommes rien. Etrangement, et ce bien malgré son intelligence, l'être humain a cette capacité à occulter tout ce qui ne le concerne pas directement, ce qui est aussi pratique que cloisonnant. Ainsi, chacun est capable de s'attarder sur un détail parfaitement insignifiant, qui semblera avoir une importance extraordinaire, mais qui, en définitive, ne changera absolument rien à l'évolution du monde. Grâce à cela, nous pouvons parfaitement nous retrouver dans un grand mal-être en regardant une émission télévisée, en discutant avec son voisin ou en réfléchissant à des questions existentielles insolubles, seul. On pourra d'ailleurs y accorder une attention considérable, même si on voudrait trouver que c'est parfaitement idiot au final. Le langage a-t-il complexifié cela ? Ou celui-ci a-t-il été tellement mis de côté qu'il n'est plus possible de se comprendre ? Quand on y réfléchit, tout est toujours particulièrement compliqué, et ça n'a pas l'air d'aller en s'améliorant. Il y a toujours des règles, des codes, des actions à mener pour arriver quelque part. Et il est très courant que tout cela soit très subjectif, et pas forcément évident selon chaque individu. Après tout, la vision des choses est un élément très personnel. Alors, au-delà des mots, que faut-il retenir ? Quelques évocations, quelques sentiments, quelques partages ? Et ensuite quoi ? Un certain vide créé par le manque ne cesse de revenir vers nous. Que nous manque-t-il ? Nous manque-t-il vraiment quelque chose ? Est-ce que je veux ce quelque chose parce que je le veux vraiment, ou parce qu'un élément extérieur tend à me faire croire que je le veux alors qu'il n'en est rien ? N'est-ce pas ce tout qui fait de moi ce que je suis ? Alors, où s'arrête ma propre pensée au moment présent ? Suis-je responsable de mes pensées ? Suis-je responsable de mes sentiments ? Suis-je responsable de ma fragilité ? Suis-je responsable de mon propre mal-être ? Et après ? Au final, tout ça ne change pas grand chose. Rien n'a d'importance tant que ça ne vous touche pas. L'importance, ce sont les évènements, les paroles, les sentiments qui vous assaillent. Pourquoi alors posséder sa sensibilité ? A quoi sert-elle ? Dans quel but en suis-je pourvu si c'est pour ne pas pouvoir l'utiliser ? Je sais que certains évènements doivent se passer. Et c'est parce que l'on ressent cela que l'on avance et que l'on vit.

Posté par Lynks à 00:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 11 avril 2013

Parenthèse circonspecte

Des semaines, des mois s'étaient écoulés. Pedro* avait cru, apparemment à tort, que l'eau qui avait coulé sous les ponts depuis cette fin d'année pleine d'amertume lui permettrait de passer outre ses pensées et d'affronter enfin la réalité en temps utile. Foutaises. On dit que le seul le temps efface les souvenirs douloureux, mais quid des souvenirs qui resurgissent de manière anarchique, sans crier aérogare ? Certes, ce sentiment douloureux et pénible aurait peut-être dû le réjouir : après tout, cela prouvait qu'il était encore capable d'amour, de désir, en gros qu'il était vivant. Mais en doutait-il jusqu'alors ? Non. Alors ?

Néanmoins, pourquoi ne pas prendre les choses du bon côté, finalement ? J'ai lu récemment que les signes de double ponctuation subissaient un espace après la dernière lettre de la phrase ; n'est-ce pas une évolution bénéfique personnelle ? Tant d'années à avoir fusionné à tort une fin de phrase et un point d'interrogation, ou un point-virgule - le fameux point-virgule ! - quel gâchis. Alors, lorsqu'on peut y faire quelque chose, faisons-le. Lorsqu'on peut ne rien y faire, ne faisons donc rien. Mourir en silence, à petit feu, Sacha n'avait que cette impression de consumation permanente, alors même qu'il ne maîtrisait aucun Dracofeu ! Sacha eut même l'air diablement bête le jour où il aurait voulu que sur lui s’abatte tous les malheurs : après tout, il pensait qu'il était épargné, et qu'il n'était pas pour autant plus heureux. Il lui manquait quelque chose, mais à chaque fois qu'il lui semblait effleurer le Graal, celui-ci se carapatait. Dans quel but, bon sang ? N'était-ce tout simplement pas atteignable ? Avait-il une vision de la vie si différente qu'il lui était impossible de déceler ce qui lui faisait tant défaut ? Jamais sans doute ne trouverait-il de réponse là. Mais si on lui avait au moins laissé la liberté d'essayer de tenter un peu plus, peut-être aurait-il été moins amer à la toute fin des choses.

Une tristesse l'envahissait. Sacha se sentait vide. La nuit emporterait son tourment, et une nouvelle journée recommencerait, encore.

 

* Pour des raisons évidentes de confidentialité, nous appelleront désormais Pedro Sacha.

Posté par Lynks à 20:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,