lundi 30 novembre 2009

Gangsta Samurai

Ce soir sur Arte était diffusé le film Ghost Dog avec Forest Whitaker.
L'histoire: Dans l'Etat du New-Jersey, un tueur à gage vit selon les préceptes du Hagakure, code d'honneur des samouraïs du Japon médiéval. Il vit seul, très simplement, en nourrissant ses pigeons, et se faisant appeler Ghost Dog. Son sauveur, qu'il considère comme son maître, fait partie de la mafia italienne locale. Quand la fille du Parrain devient le témoin d'un des contrats de Ghost Dog, celui-ci semble alors bien gênant pour les mafieux qui décident de s'en débarrasser au plus vite...
Mon avis: Débutant par de longues scènes contemplatives issues des westerns et autres films de genre, Ghost Dog n'est pas forcément un film très prenant au départ. Pourtant, lorsqu'on est happé par le rythme somptueux du film, il est difficile de ne pas succomber au charme déroutant de celui-ci. Et ce n'est pas le jeu de Forest Whitaker qui nous fera dire le contraire. D'ailleurs, comme d'autres, Ghost Dog monte crescendo, permettant ainsi d'atteindre au fur et à mesure toute l'intensité dramatique qui lui est dû. La scène finale est aussi somptueuse qu'intéressante, et de nombreuses questions m'ont assailli à ce moment-là sur ma propre existence: après tout, que sommes-nous ? A quel niveau partageons-nous ce qui est essentiel avec les personnes que l'on connaît ? Et, fondamentalement, quelle trace allons-nous laisser pour ceux qui continueront de vivre après nous ? Lorsque chacun aura fait son temps, quel qu'il soit, ces idées reviendront en chacun des proches. C'est ce que ce film m'a fait apparaître. C'est ce que je retiens. Alors, oui, c'est peut-être un peu trop profond, mais c'est aussi une partie de ce que je dois vivre personnellement en ce moment. Voyez ce film, franchement il vaut le coup.

ghost_dog_way_of_samurai


dimanche 4 octobre 2009

Dirty Dancing

J'avais acheté le DVD il y a maintenant plusieurs semaines, mais après une journée assez pourrie, j'ai eu envie d'une dose de cinéma pour me remettre d'aplomb. J'ai donc regardé ce soir A Dirty Carnival.
L'histoire: Byung-Doo est un gangster ambitieux, prêt à tout pour gravir les échelons de son organisation criminelle. Il se voit subitement offrir une occasion inespérée mais extrêmement délicate de parvenir à ses fins: tuer un procureur devenu gênant pour son patron. Ce geste aura de nombreuses répercussions sur sa vie professionnelle et personnelle, et garder un contrôle sur tout ça deviendra vite très compliqué...
Mon avis: Si je m'attendais à un gros film de gangsters au sein d'une mafia coréenne survoltée, j'ai été à moitié surpris de découvrir un héros plus sensible et plus torturé qu'à l'accoutumée, ce donnant une vision plus tragique et plus dure de la réalité de la vie et de la mort - même au sein d'une organisation criminelle. Cela change radicalement d'autres productions (je ne citerai pas Prison Break où ça tue à tours de bras) et emmène vers d'autres chemins assez intéressants. Ajoutez à cela une histoire d'amour, une belle amitié et des trahisons, et vous comprendrez qu'il faut naturellement plus de deux heures pour exploiter tout cela... Agréablement surpris, en bien, mais plus sombre que je ne l'aurai cru.

3760062466684

lundi 30 mars 2009

La loi ? C'est quoi cette merde ?

Ouais parce que mes trois derniers posts avaient des titres sous forme de question, je trouve ça cool alors je continue. Comment ça vous vous en foutez ?
Bref, ce soir, comme il y avait rien à la tévé et que j'étais - pour une fois - motivé pour regardé quelque chose en dévédé, je me suis maté le film coréen Running Wild, avec notamment - pour les spécialistes - Yu Ji-tae (Old Boy) et Kwon Sang-woo (Volcano High). Je peux pas me tromper, c'est marqué sur la jaquette du double-DVD.
L'histoire: Un flic violent sans foi ni loi (genre un peu dans mon style) veut venger le meurtre de son (demi) frère, qu'il tentait d'ailleurs de sortir des griffes de la drogue. Un procureur intègre enquêtant sur le parrain de la mafia coréenne va croiser sa route. Ensemble, ils vont tenter de le faire tomber: l'un pour l'honneur (ou la vengeance, c'est selon), l'autre pour la justice...
Mon avis: Si le début du film est fort long (il faut dire que la durée totale du long-métrage est de près de 2 heures), il faut bien avouer qu'il prend toute son ampleur dans une deuxième partie aussi intense que mouvementée. Certes, un film coréen n'est pas forcément super accessible à tout le monde (notamment à cause des noms qu'on ne retient pas, ou des personnages dont on ne se souvient plus par manque de repère et d'habitude), mais celui-là est l'un des tous meilleurs qu'il m'a été donné de voir, par une construction scénaristique excellente et par une contenance qu'il est parfois rare de retrouver au cinéma. Bref, et sans en dévoiler trop du film, la façon dont la vengeance et la justice se croisent à travers deux personnages principaux très charismatiques est excellente, et la fin plutôt très bonne. Pour une fois. Vraiment, je le conseille, un film politico-policier plutôt bien foutu et très dense. Du lourd.

running_wild