mercredi 22 avril 2009

Lettre ouverte feat. Jalane The Hutt

Cher M. MSN,

J'ai ce soir voulu utiliser votre service pour parler avec une amie mais, pour mon plus grand désagrément, il s'est avéré que votre (très utile) émoticone "enveloppe" (voir fichier ci-pas-joint) ne marchait qu'avec le E majuscule, le E minuscule ("e") s'avérant parfaitement inefficace.
Je regrette cet état de fait et espère que vous ferez le nécessaire rapidement en mettant tout en oeuvre pour corriger cette erreur qui - je dois le dire - m'a rapidement plongé dans un profond désarroi - une cellule psychologique ayant due être ouverte aux alentours des 23 heures pour palier aux maux les plus vifs.
J'aimerai également vous exprimer ma profonde indignation envers vos smilies qui, s'ils sont déjà laids et disgracieux, auraient au moins mérité des codes moins conventionnels, car sachez que l'utilisation des parenthèses est encore d'usage dans notre beau pays, aussi présente soit la crise du point-virgule (comprenne qui pourra).

En espérant ne recevoir jamais de vos nouvelles.

Un utilisateur désappointé.

cerf_volant

Posté par Lynks à 23:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


mercredi 21 janvier 2009

Pensées en vrac

Après bien des années à haïr au plus haut point ce que représente le quidam humain moyen et à supporter non sans séquelles ses états d'âmes et ses agissements inintéressants, j'ai fini par me demander pourquoi une telle attitude de ma part, si solitaire et tellement en marge.
Certes, au début, il s'agissait surtout de se construire soi-même et de se protéger face à la cruauté de ce que représentait la masse émergente d'élèves stupides et sans intérêt que peut représenter ses camarades de classe. Mais, au fur et à mesure, on y prend goût, on montre un visage noir, froid, distant et fermé, on affiche un état que les autres comprendront et - espère-t-on - fuiront pour éviter d'avoir à voir venir des imbéciles sans esprit. Bien entendu, il y a toujours eu des exceptions - je ne dénigre pas ceux qui auront été mes précieux amis au cours de ces quelques années de ma vie - mais il n'empêche que la grande majorité n'était que mouton dont l'existence ne valait en réalité guère mieux que la mienne - encore eut-il fallu en avoir conscience à cette époque.
Finalement, cela reste. On apprend au fur et à mesure de l'existence que d'autres sont dans le même cas que soi, et qu'on est pas tellement seul finalement. Alors on s'ouvre, on parle, et on lie davantage de connaissances qu'on aurait pu le croire au départ. Mais on se rend finalement compte, suite à ces discussions, que la situation n'a guère évolué depuis toutes ces années. Evidemment, il est devenu commun d'aimer les mangas, le dessin, internet, les jeux vidéos, la musique électronique, et toute sortes de choses. Il n'empêche, je ne me suis jamais retrouvé dans les termes génériques de teuffeur, de geek ou de nolife, parce que ces gens-là étaient trop affûtés dans leurs arts respectifs ou trop intelligents dans un domaine précis auquel je ne comprenais absolument rien. Finalement, non seulement je n'avais rien de particulier, mais pire: j'étais même moins bon dans bien des domaines qui me paraissaient au départ si représentatif de ce que j'étais.
Alors, finalement, c'est à cette place que je suis. Et je m'y complais. J'en ai rien à foutre d'acheter des tonnes de mangas et de les lire au boulot en solo dans mon coin, de dessiner n'importe où dès que j'en ai l'occasion et un crayon sous la main, de rester des heures à parler avec des gens sur MSN ou sur des t'chats, à écumer les forums ou à surfer comme un aliéné, de jouer aux jeux vidéos pendant des heures et refaire les mêmes parties des jeux de Square Enix indéfiniment sans y venir jamais à bout ou d'écouter de la musique à fond dans mon appartement dans un mélange des genres psychédélique. C'est comme ça.
Pas la peine de me faire chier en me demandant si je veux faire ci ou ça. Je veux pas. Je suis bien chez moi à mater Kaamelott, à jouer à Final Fantasy VIII ou à écouter Daft Punk. C'est l'essence même de ma vie, c'est ce que je suis, et c'est ce que je serais encore pendant un long moment.

lotus_esprit