samedi 24 mars 2012

Parenthèse picturale

Il ne savait pas depuis combien de temps il fixait cette peinture. Tout lui avait semblé s'être arrêté, et lui-même n'avait plus conscience de sa propre existence. Seuls ses yeux liant son esprit à la toile étaient encore mobiles, concentrés, comme semblant scruter les moindres détails que l'artiste aurait laissé au moment de sa création. Ce paysage lui évoquait des souvenirs, eux-mêmes se mêlant à son imagination. Son cœur était pourtant lourd, comme angoissé, prisonnier d'une question restée sans réponse. Il resta encore là, muet, immobile, reconstituant un puzzle imaginaire, cherchant à comprendre la raison liant l'idée à l'acte.
Le temps continuait de passer, et il lui fallait maintenant quitter la galerie. Rattrapé par les banalités de la vie, les horaires, les taches quotidiennes, la préparation du lendemain, il s'éloigna lentement du tableau, comme s'il se séparait avec douleur d'une partie de lui-même. Un dernier regard, puis les yeux quittèrent le cadre pour reprendre une activité normale: le sol, les murs, les autres peintures présentes, et les quidams se déplaçant au milieu de tout cela.
Dans un angle de la galerie, un coin mal éclairé où se trouvaient une chaise et un petit meuble avec des prospectus, le regard de l'homme croisa celui d'une autre personne: une femme, sans doute d'un âge similaire au sien, les cheveux noirs, mi-longs, le regard perdu et la démarche hésitante. Ils s'arrêtèrent tous les deux lorsqu'ils se croisèrent, comme pour laisser passer l'autre dans cet endroit un peu exigu. La gêne se mêla à la maladresse d'aborder l'autre pour formuler les premiers - et peut-être les seuls - mots qu'ils s'échangeraient durant leur existence. Puis leurs regards se trouvèrent: sans savoir vraiment pourquoi, l'homme ne pouvait s'empêcher de fixer avec insistance les pupilles de la femme qui lui faisait face, comme si quelque chose - une réminiscence - venait de le traverser. Quant à la demoiselle, elle était désarmée par cette rencontre, et le simple fait que cet homme au regard interrogateur la fixait rendait confus ses pensées et ses gestes, ne lui permettant plus d'effectuer la moindre action concrète.
Au bout de plusieurs longues secondes, l'homme ressentit lui-même la gêne de fixer cette inconnue. Il recula d'un pas, balbutia quelques banalités avant de se confondre en excuses, la laissant passer. Après avoir remercié d'un geste de la tête son interlocuteur, la femme fit quelques pas, avançant lentement, comme si elle ne contrôlait plus ce qu'elle voulait faire. L'homme ne put s'empêcher de continuer à la regarder s'éloigner, comme possédé, détaillant avec autant de précision les cheveux de la jeune femme qu'il avait détaillé avec soin les contours du ruisseau s'écoulant sur le tableau. Le genre d'instant qu'il aurait voulu ne jamais voir s'arrêter, espérant à chaque instant que la personne se retourne, ou qu'un mot supplémentaire sorte de sa bouche afin de faire durer la scène.
Mais rien de tout cela ne vint. L'homme se retourna alors, sortant de la galerie, les idées confuses. La femme arriva quant à elle à la fameuse toile. Celle-là même qu'elle avait peinte, quelques semaines plus tôt. Elle la regarda à nouveau, perdue dans ses pensées, encore troublée par cette rencontre éphémère. Puis, après un temps, elle s'en alla à son tour, comme si rien de tout cela n'avait eu lieu.

Posté par Lynks à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


jeudi 22 mars 2012

Parenthèse hordienne

Un chaud soleil d'été lui brûlait littéralement la peau. Une maladie le rongeait sans doute de l'intérieur, mais qu'importe: sa passion était plus forte que le reste. Telle la virgule jaune niçoise, notre homme s'élançait sur le sable fin, s'étendant à perte de vue. Sa planche en bois sous le bras, il courait, courait jusqu'à en perdre haleine. La soif ne l'assaillait pas, la chaleur ne l'atteignait plus, le vent lui-même semblait inerte dans cet espace infini. Mais aussi loin et aussi longtemps courait-il qu'il ne trouvait son oasis de bonheur: l'océan. Où était-il donc ? Il lui semblait en effet que la mer était son seul élément, depuis toujours. Pourquoi avait-elle disparu ? Il s'arrêta. Las, debout, regardant cet astre écrasant qui le surplombait, il ne bougeait plus. Il paraissait absent, sans vie. Un long râle de désespoir vint soudainement secouer ce corps figé, puis il se remit à courir comme un forcené, sans but, sans logique, sans destination vers laquelle se tourner.
Après plusieurs minutes d'une longue et éprouvante course, il mit un genou au sol puis s'affala dans un nuage de poussière au milieu de l'immensité désertique. Le vent soufflait, doucement, lui piquant les mains et le visage. Le sable semblait pénétrer son corps par tous les pores de sa peau, comme se mouvant de lui-même. Une mer de sable ? Notre homme se releva d'un seul coup, le visage terne mais l'œil aiguisé. Il scruta alentour: oui, cette partie du désert bougeait toute seule ! Récupérant sa planche tordue tombée sur le sol comme un possédé, il reprit sa course effrénée pour se mettre à glisser sur ces vagues de sable qui ondulaient à perte de vue. Il voguait maintenant, le sable crissant sous son passage, le vent le portant comme un albatros, le soleil l'accompagnant par ses rayons vers l'infini (et au-delà).
Au bout d'un certain temps, l'homme eut l'impression d'apercevoir une silhouette venant du versant sud, par-delà les collines noires. Quelqu'un d'autre, dans ce désert, surfait sur le sable brûlant de la même manière que lui. Sans réellement le vouloir, les deux personnes se rapprochèrent inexorablement, sautant une dune ou deux, zigzaguant au détour d'un cactée ou tournant au gré des rafales vers une destination inconnue. Il finit par la distinguer: elle était svelte, les cheveux au vent, éblouissante de beauté. Sa façon de surfer lui semblait si gracieuse qu'il s'empressa de tenter de la suivre par n'importe quel moyen. Tous deux s'accordaient parfaitement dans cette immensité désertique, filant libre comme l'air sur leur planche respective, en symbiose, sans un mot, sans un geste, dans une sorte de plénitude fusionnelle.
Et puis, l'océan fut en vue. Il scintillait de mille feux, le soleil de midi se reflétant en de multiples petites particules lumineuses s'évadant dans tout l'espace. Le couple s'en rapprochait chaque seconde un peu plus, comme attiré par cette lumière aveuglante. L'excitation les gagnait, trop heureux de découvrir enfin cette eau sacrée si longtemps après avoir traversé ce sordide désert.
Les planches frottèrent les premières vagues, les premiers flots; quelques gouttes perlèrent sur leurs corps, produisant comme une brûlure plus forte encore que ne l'avaient été jusque là les rayons ardents du soleil. Lorsque les vagues commencèrent à augmenter, s'élevant soudainement, l'eau emporta une jambe, puis un bras. Les membres se détachèrent un à un, engloutis par cette masse en continuel mouvement. Les deux êtres tombèrent à l'eau, désarticulés, démembrés, sans qu'ils ne puissent rien y faire. Ils eurent bien quelques sursauts convulsifs, mais pas de hurlement, pas de cri. Ils se désagrégèrent, petit à petit, parcelle après parcelle, brûlant à petit feu dans cette eau salvatrice. Seules leurs planches flottaient encore au milieu de cette immense étendue impitoyable. Puis ils disparurent complètement, redevenant poussière. Et lorsque les vagues auront terminé leur office, ils feront eux-mêmes partie du sable de ce désert... En attendant les prochains visiteurs.

Posté par Lynks à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

dimanche 18 mars 2012

Mars, et ça repart

Ça fait longtemps que j'ai pas raconté ma vie sur mon blog. Peut-être trop occupé, et peut-être que plus aucune question existentielle n'avait le temps de pénétrer mon esprit. Et je ne sais pas si c'est l'approche de la trentaine, mais toujours est-il qu'en ce moment, j'suis pas en pleine forme. Je sais pas bien pourquoi non plus... Comme l'impression d'avoir fait fausse route, ou de n'avoir pas fait grand chose. Ce sentiment d'inutilité est très désagréable à petite échelle, et difficilement conciliable au quotidien. On se replace face au monde, face aux autres, et on se pose en se disant: OK, mais c'est quoi l'avenir là au juste ? J'ai pas l'impression que tout ce que je ressens soit nouveau, j'ai toujours été plus ou moins comme ça. Mais c'est comme ressentir de plus en plus pleinement la formidable stupidité de ce que l'on est et de ce qui nous entoure. Une phrase de la série Kaamelott d'Alexandre Astier m'a particulièrement marqué dans le Livre V: "Tout cela n'est rien. Absolument rien ! Il y a peu de temps quelque chose a fait boum. Voilà: nous sommes sur une toute petite miette expulsée par ce boum, qui dérive et tournicote sur elle-même, en attendant sa fin, proche ! Sur cette miette de tous petits organismes gesticulent; ça nait, ça vit, ça meurt. Tout cela n'a aucune conséquence." Carlo Brandt qui interprète Méléagant n'aurait pas pu voir plus juste. Je trouve que ça résume bien ma façon de penser depuis un certain temps. La vie n'est pas grand chose, et pourtant c'est si compliqué à entretenir... Ça me fait simplement dire que la fine pellicule de glace sur laquelle nous sommes en permanence est friable, pouvant céder à tout moment. Alors, quoi ? Il n'y a rien à y faire, et se poser des questions est inutile. On essaye d'agir dans la mesure du possible, et puis, bah, sinon, on ne fait rien. Moi, être heureux, j'en ai rien à foutre au départ. Comme je l'ai souvent dit, c'est de la tristesse et du malheur qu'on fonde quelque chose. Si tout était beau dans ce monde, il me ferait carrément chier. En tout état de cause, c'est le fait de franchir les difficultés qui rendent les évènements magiques. Sauf que j'ai l'impression que ça, les gens n'en ont plus grand chose à cirer. On préfère ressentir de petites joies et subir de petites défaites plutôt que de se poser des questions plus profondes qui changeraient probablement grandement sa façon de percevoir la vie. Avoir peur et être entouré de personnes te permettant d'affronter tes peurs et d'avancer, n'est-ce pas là également quelque chose qui devrait être fait ? Maintenant les gens sont tout seul même au milieu des autres, mais ça a pas l'air de gêner qui que ce soit. Ou alors c'est moi...

366

lundi 5 mars 2012

Ken

Cet article ne sert à rien, j'avais juste besoin de faire un test avec une image de Ken en 100x100.

sun_ken_rock_2126731c

Bisous.

Posté par Lynks à 15:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 1 mars 2012

Poids lourd

Vous avez peut-être raté cette information capitale, mais il est important que vous le sachiez. Car oui, le monde ne doit pas sombrer dans l'ignorance. Je ne pourrai décemment pas le supporter. Lors d'une funeste réunion ayant eu lieu à la fin de l'année 2011, quelque chose a changé. Les cartes ont été redistribuées. Depuis, l'équilibre du globe ne tient plus qu'à un fil. Trois hommes et une femme ont contribué à changer 2012. Lorsqu'ils se sont réunis, l'idée était pourtant claire et limpide: il leur fallait trouver un milliard d'euros. Un milliard qu'ils auraient perdu bêtement. Cela arrive. Il suffit d'être un peu tête en l'air, d'avoir l'esprit ailleurs ou quoi que ce soit. Ainsi, le Chef parla en ces termes obscurs:
- Mes frères, nous sommes réunis aujourd'hui pour trouver du blé, du pognon, du fric, du pez, autrement dit, des sous. J'écoute donc vos idées les plus lumineuses. Quel nouvel impôt, quel nouvelle taxe pourrions-nous instaurer ? Jean[1], une idée mon ami ?
- On pourrait augmenter la TVA ?
- Mais c'est déjà fait, espèce d'abruti ! N'avez-vous aucune subtilité ? A quoi vous paye-t-on, à part pour débiter autant de conneries à la minute ?
Soudainement, Patrick[2] prit la parole comme si un éclair de génie lui avait traversé les oreilles:
- Moi j'ai un cousin à la tête d'une petite entreprise de disques, et ça va pas fort en ce moment. Il serait pas possible d'obliger les gens à les acheter ? A 10 € par tête de disque, et 50 millions de vente, ça nous ferait 500 millions !
- Ouais... Pourquoi pas...
- On a voulu faire le coup avec René la Taupe et ça a plutôt bien marché...
- Enfin même avec ça, il nous manque encore 500 millions...
Lucienne[1] coupe alors la parole de tout le monde de manière sinusoïdale:
- Moi, ma soeur fait des fromages en Savoie ! Mais par contre mon oncle Robert[3] a une société d'éthylotests et on voudrait se développer. Une idée là-dessus ?
Les yeux du Chef brillèrent. Son sourire se dessina sur son visage narquois. Ses mains se frottèrent, et son corps frémit tout entier. L'idée était née. Il parla alors en ces termes, à haute et intelligible voix:
- Silence, manants ! Je sais maintenant ce que nous allons faire, car je suis le Chef ! Dès le 1er janvier de cette année, disque de stationnement obligatoire dans tous les véhicules ! Dès le 1er juillet de cette même année, éthylotest obligatoire dans tous les véhicules ! Et en cas de contrôle de la gendarmerie nationale, amende pour tous les contrevenants ! Alors bande de moules ?
- Brillant !
- Splendide !
- Magnifique !
- Bien ! Dans ce cas, gardons cela secret, et n'en parlons au grand public qu'à l'aube de l'année 2013, lorsque suffisamment de PV auront été distribués. Car si on peut récolter un milliard de plus au passage, ça sera pas plus mal, n'est-ce pas ?
- Brillant !
- Splendide !
- Magnifique !
Après avoir ri longuement, le groupe se dispersa dans la nuit. La légende dit qu'une personne conduisant un véhicule à l'aube de l'année 2020 aura tellement d'objets obligatoires dans sa voiture que tous les véhicules seront obligatoirement équipés d'une galerie afin de stocker le nécessaire. La galerie sera mise en vente pour un prix hors de taxe de cent euros. Les fixations au prix de 5 € pièce. 4 fixations. Celles-ci devront être remplacées tous les 6 mois, ou tous les 10.000 kilomètres. Aaamen.

[1] Prénoms masqués pour cause de confidentialité.
[2] Maurice pour les intimes.
[3] Le petit.


samedi 28 janvier 2012

Mangas de la semaine

Ah oui je profite de mon passage sur le blog pour parler de mes petites lectures de la semaine:

  • Dream Team tome 3. J'en ai déjà pas un souvenir impérissable... Le petit mot de l'auteur en début de volume m'a pas engagé à penser que je lirai une oeuvre majeure, malheureusement. Sinon, Chiaki est (enfin) rentré sur le terrain, et c'était bien. Quelques petites cases marrantes aussi. 15/20.
  • GTO Shonan 14 Days tome 3. Bien mieux que les deux premiers volumes, quelques retours aux sources et des gags qui fonctionnent parfois. Dommage que Fujisawa exégère toujours autant ses personnages, car certains valent pas mal le détour (le directeur de Birdland par exemple). Bien ! 16/20.
  • Hideout. Super one-shot. Pour une fois qu'un manga ne s'étale pas sur plusieurs volumes juste pour faire plus de pages... Une petite histoire d'épouvante très bien écrite avec des dessins splendides et une ambiance des plus sombres, sans aller dans les clichés gratuits qui rendent les oeuvres noires si peu crédibles. Et même en 1 tome, l'auteur fait vivre et évoluer ses personnages par des flashbacks et une analyse de leurs vies extrêmement justes. Très bon. 18/20.
  • MxZero tome 10 (dernier volume). J'avais lu les 9 premiers tomes et la série me gonflait, si bien que j'ai acheté le 10ème tome et que je ne l'ai jamais lu. Je ne me suis rendu compte qu'il y a peu que ce volume était en fait le dernier. Du très classique, mais le côté "école magique" donnait quelques idées pas mal, et donc suivre la série était quand même sympa. Bon, la fin est un peu naze, forcément. 14/20.
  • Panzer Princess Punié (one-shot). Je mets un lien vers la couverture parce que franchement j'aurais jamais acheté ce titre si on me l'avait pas offert. Rien qu'à la voir, ce one-shot a l'air moisi. Et je partais avec une grosse valise d'a priori avant de m'y mettre. Bin j'ai été surpris, et positivement. Bon, c'est pas non plus le manga de l'année, mais certaines idées sont vraiment drôles et les personnages, même clichés, ont une certaine tenue dans l'exagération de leurs réactions. Sans parler de Punié qui est complètement barge. Non, j'avoue, j'ai ri a plusieurs reprises, et le titre se lit très très vite. 15/20.

T'as raison

Un beau p'tit fail vu aujourd'hui dans une grande surface. Oh yeah.

Militaure

Posté par Lynks à 22:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 20 janvier 2012

Dernières lectures

Bon. Je n'avais plus vraiment envie de faire un état chaque jour de ce que je lisais, et de toute façon je n'avais plus tellement le temps... Bref, un petit debriefing de mes lectures de ces deux dernières semaines:

  • Aishite Knight tome 4. Dernier tome d'une excellente série. Histoire juste, personnages vrais, scénario solide, je vous conseille fortement sa lecture. 19/20.
  • Captain Tsubasa tome 5. Un peu déçu du manga en règle générale. Pourtant, le tout est solide, bien conçu, et se lit avec plaisir. Mais ça manque d'un petit quelque chose... 14/20.
  • Walking Dead tome 5. Très bonne surprise que ce cinquième volume ! Haletant, violent, surprenant... Nous voilà au coeur de l'horreur, et c'est super bien construit de la part de l'auteur ! Je vais rapidement me lire le suivant. 18/20.
  • Blessures nocturnes tome 9. La grosse déception par contre. Le récit ne se renouvelle plus, on n'est plus ni ému ni touché comme on pouvait l'être dans les premiers volumes. L'impression de tourner en rond. Dommage. 11/20.
  • Bakuman tome 9. Toujours parfait, génial, inévitable: ce titre se lit avec un plaisir certain. On n'aurait envie que ça ne s'arrête jamais... 19/20.
  • Hatsukoi Limited tome 2. Je ne révise pas vraiment mon premier jugement: c'est beau, c'est frais, c'est sympa... Mais qu'est-ce que c'est plat ! Sérieusement, on n'atteindra jamais un bon Highschool Girl avec ce genre de scénario, et avec ces personnages niais, stéréotypés et parfaits. Où est la réalité ? 15/20.
  • Freesia tome 3. Toujours aussi barré, étonnant, mystique. J'adore ce genre d'oeuvres, même si j'aimerais être davantage secoué. 16/20.

Voilà ! A+.

vendredi 30 décembre 2011

Les enchères de Tréno

Faute de trouver la réponse dans la solution ou sur internet (j'avoue ne pas avoir fouillé à 100%, mais j'avais la flemme), voici mon expérience du jour sur la première incursion du joueur de Final Fantasy IX aux enchères de Tréno :

1°/ Si vous arrivez avec Dagga, Steiner et Markus à Tréno sans un sou en poche, vous êtes mal barrés. Je suis personnellement arrivé avec pas loin de 60.000 gils, mais 40.000 gils doivent probablement suffire (forge + boutique + enchères). Si vous manquez d'argent, n'hésitez pas à vous balader dans la forêt proche histoire d'y remédier.

2°/ Première venue à Tréno donc, CD2. Suivez Dagga via les ATE avec Steiner en faisant le tour de la ville. Vous finirez par arriver à la salle des enchères.

3°/ 9 objets peuvent être achetés à ce stade de l'aventure (objets par ordre alphabétique + prix de départ) :

  • Boomebague - 2.200 gils - prix d'obtention raisonnable entre 8.800 et 11.000 gils
  • Coeur de Griffon - 1.000 gils - prix d'obtention raisonnable entre 4.000 et 5.000 gils
  • Coupe de Dorga - 1.400 gils - prix d'obtention raisonnable entre 5.600 et 7.000 gils
  • Illusion d'Ounet - 2.200 gils - prix d'obtention raisonnable entre 8.800 et 11.000 gils
  • Féelarme - 1.400 gils - prix d'obtention raisonnable entre 5.600 et 7.000 gils
  • Madahine - 1.300 gils - prix d'obtention raisonnable entre 5.200 et 6.500 gils
  • Mini Cid - 500 gils - prix d'obtention raisonnable entre 2.000 et 2.500 gils
  • Rouge n°5 - 2.500 gils - prix d'obtention raisonnable entre 10.000 et 12.500 gils
  • Toge - 1.200 gils - prix d'obtention raisonnable entre 4.800 et 6.000 gils

4°/ Règle n°1: ne jamais surenchérir, sauf si le commissaire-priseur annonce : "Qui dit mieux ?". A ce moment, n'augmentez la mise que de 100 gils (par défaut). Dans 99% des cas, vous glanerez l'objet directement.

5°/ Règle n°2: les objets ne doivent JAMAIS être achetés si les enchères dépassent 5 fois le prix de départ. Vous pourrez TOUJOURS acquérir chacun d'eux en ne déboursant que 4 à 5 fois la mise de départ. Par exemple, pour la Boomebague, la fourchette de prix dans laquelle vous pouvez vous permettre de surenchérir est comprise entre 8.800 et 11.000 gils. Au-delà de cette somme, vous perdrez de l'argent.

6°/ Il faut savoir que vous allez débourser entre 54.800 et 68.500 gils dans la bataille (si tout se passe bien). Il y a une astuce pour palier au problème d'argent: il faudra acheter en premier lieu le Coeur de Griffon, le Coupe de Dorga et l'Illusion d'Ounet.
Dans cette partie, j'ai eu ces trois objets pour respectivement 4.300 gils, 6.100 gils et 8.300 gils (mais j'ai vu des enchères monter à 9.000 gils pour la Coupe de Dorga, et même à 14.900 gils pour l'Illusion d'Ounet : ne vous faites pas avoir !).
Revendus à l'Aventurier, au Savant et au Baron (que vous trouverez en ville), vous en tirerez 10.000, 10.000 et 15.000 gils ! (Note : n'oubliez pas de refuser la première offre de l'Aventurier et du Baron pour augmenter votre gain) Soit un total de 35.000 gils pour une dépense maximum de 23.000 gils, et donc 12.000 gils minimum de bonus. Personnellement, j'avais dépensé 18.700 gils, j'ai donc gagné 16.300 gils.

7°/ Vous pouvez désormais acheter tout le reste, quitte à rentrer et resortir de la salle des enchères de nombreuses fois jusqu'à ce que les objets désirés appararaîssent :

  1. Boomebague - 1 seule acquisition possible, débloque ensuite le Rouge n°5. Acheté 9.600 gils, mais vu des enchères aller jusqu'à 14.300 gils... Raisonnable entre 8.800 et 11.000 gils.
  2. Coeur de Griffon - à acheter pour le revendre ensuite à l'Aventurier ; peut ensuite être acheté à nouveau.
  3. Coupe de Dorga - à acheter pour le revendre ensuite au Savant ; peut ensuite être acheté à nouveau.
  4. Illusion d'Ounet - à acheter pour le revendre ensuite au Baron ; peut ensuite être acheté à nouveau.
  5. Féelarme - beaucoup de mal à avoir cet objet à un prix compris entre 5.600 et 7.000 gils ; après 7 tentatives, obtenu pour 5.900 gils.
  6. Madahine - raté une bonne occasion à 5.200 gils (pas cliqué assez vite...); à acheter entre 5.200 et 6.500 gils, obtenu à 5.900.
  7. Mini Cid - l'objet en lui-même ne sert à rien, mais à obtenir pour la forme (et la collection...) et surtout pour débloquer la Toge pour la somme de 2.000 à 2.500 gils ; acheté 2.100 gils (mais généralement vendu 2.700 ou 2.900 gils).
  8. Rouge n°5 - l'objet pouvant aller très très haut dans les prix : j'ai vu une enchère dépasser les 20.000 gils... à obtenir entre 10.000 et 12.500, acheté 11.500.
  9. Toge - une bonne affaire à 4.800 gils ; on peut aller jusqu'à 6.000 gils, mais les acquéreurs vont souvent entre 7.000 et 8.000 gils, ne tombez pas dans le piège de la facilité.

Vous pourriez bien sûr obtenir plusieurs objets plusieurs fois, mais cela n'a qu'un intérêt très limité pour la suite.

Au final, je n'ai dépensé "que" 23.500 gils (58.500 gils de dépense directe, et 35.000 gils de revente) ce qui reste très raisonnable.

N'hésitez pas si vous avez la moindre question ! ;)

dimanche 25 décembre 2011

Bilan Mangas/BD 2011

Top 10 - Meilleurs volumes lus en 2011

1°/ UNE SACREE MAMIE tome 11
2°/ YOUNG GTO tome 23
3°/ BAKUMAN tome 7
4°/ UNE SACREE MAMIE tome 9
5°/ TORIKO tome 1
6°/ DETROIT METAL CITY tome 3
7°/ DETROIT METAL CITY tome 4
8°/ SUN-KEN ROCK tome 12
9°/ LE CHIEN GARDIEN D'ETOILES (ONE SHOT)
10°/ YOUNG GTO tome 22

Top 10 - Meilleures séries lues en 2011

1°/ LE CHIEN GARDIEN D'ETOILES (ONE SHOT)
2°/ BAKUMAN
3°/ TORIKO
4°/ DETROIT METAL CITY
5°/ UNE SACREE MAMIE
6°/ AISHITE KNIGHT
7°/ HOMUNCULUS
8°/ YOTSUBA&!
9°/ MY E-GIRLFRIEND
10°/ GANGKING

Top 10 - Meilleurs 1ers tomes lus en 2011

1°/ TORIKO
2°/ DETROIT METAL CITY
3°/ AISHITE KNIGHT
4°/ DREAM TEAM
5°/ CAPTAIN TSUBASA
6°/ AU TEMPS DE BOTCHAN
7°/ ACID TOWN
8°/ SHUTTER ISLAND (ONE SHOT)
9°/ GTO SHONAN 14 DAYS
10°/ SPACE CHIEF CAISAR (ONE SHOT)